Accueil A Propos de Messages

Calendrier
Espace Familles Le Périodique Photos La Presse Nous Contacter Plan du site
         
Français / Nederlands

Informations Pratiques

Frais
Documents Utiles
Invitation en Pratique
Lieux Arrivée et Départ
Sacs de Voyage
Assurances
Le Dépôt
>> La Pectine de Pomme

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pectine de pomme pour le traitement et la prévention des maladies.

En médecine, des comprimés de pectine purifiée ont été introduits par des firmes pharmaceutiques pour le traitement des intoxications aux métaux lourds comme le plomb ou le mercure. SANOFI aurait été la première à commercialiser cette préparation, mais d’autres firmes, en particulier en Allemagne, ont mise sur le marché ces produits naturels, additifs alimentaires qui ne peuvent pas être brevetés.

Deux firmes ukrainiennes ont développé la pectine de pomme pour le traitement et la prévention des maladies dues au Cs137 incorporé chez les enfants vivants dans les zones contaminées par les retombées de Tchernobyl. Une des firmes a introduit des comprimés effervescents de pectine de pomme au Belarus sous le nom de Yablopekt®.

Des travaux expérimentaux ont montré que chez le rat, un régime alimentaire contaminé par le césium (Cs137) et le strontium (Sr90) entraînait une contamination des organes des animaux. Si de la pectine de pomme est ajoutée au régime alimentaire, il n’y a plus d’accumulation de radionucléides chez ces animaux.

Nesterenko a démontré scientifiquement l’efficacité et la bonne tolérance de la pectine chez des enfants contaminés par Cs137 qui reçoivent un régime radiologiquement propre dans un sanatorium (voir Swiss Medical Weekly {www.SMW.ch}, février 2004). Cette efficacité, même en l’absence d’apport de Cs137 avec la nourriture, peut s’expliquer par une certaine instabilité du Cs137 dans les tissus humains. La mobilité du Cs137 permet son évacuation progressive, en particulier par la bile, alors que la pectine prise oralement empêche la réabsorption immédiate du Cs137 parvenu dans l’intestin grêle.

Nesterenko a aussi démontré que 3 à 4 cures de 4 semaines de pectine par an, distribué aux enfants dans les écoles de villages hautement contaminés, parvenaient à maintenir la charge en Cs137 au dessous du seuil de 50 becquerels par kilo de poids (Bq/kg), seuil à partir duquel Bandajevsky observe des lésions irréversibles au niveau du cœur, de l’œil, du système immunitaire et endocrinien, ou d’autres organes.

Actuellement dans les régions contaminées de Tchernobyl, 80% de l’irradiation des enfants est interne, due aux radionucléides incorporés dans certains organes, comme les glandes endocrines, le thymus et le cœur, le reste étant externe.

Note de la présidente:

Si vous n’avez pas la possibilité de vous procurer les gélules, ajoutez aux colis 1,2 pots de sirop de Liège (confiture) qui contient de « la pectine de pomme ».